Que faire contre les brûlures d’estomac?

Le reflux gastrique nous affecte tous de temps à autre. La plupart du temps, cela reste occasionnel mais un Belge sur cinq en souffre au moins une fois par semaine. Sachez que ce n’est pas une fatalité – il suffit de modifier un peu ses habitudes. Nous vous en disons plus ci-dessous. 

L’acidité gastrique se caractérise par une sensation de brûlure au niveau du sternum, parfois également au niveau de la gorge, et un goût acide dans la bouche. Des éructations et une voix enrouée peuvent également survenir, ainsi que des difficultés pour avaler.

QUELLES SONT LES CAUSES ?

Pour digérer ce que vous mangez et buvez, votre estomac produit des sucs gastriques, composés entre autres d’acide gastrique. En temps normal, un mécanisme en deux temps du sphincter œsophagien empêche les aliments de remonter : le sphincter se relâche pour laisser passer les aliments puis se referme.

Or, lorsque le sphincter ne se referme pas, les sucs gastriques peuvent remonter jusqu’à l’œsophage, causant des brûlures d’estomac.

L’une des principales causes de ce mal est la compression trop élevée au niveau de l’estomac, compression qui peut être causée par un surpoids, une grossesse mais également des vêtements trop serrés, une toux importante et un effort de pression trop violent.

QUE FAIRE ?

Bonne nouvelle : vous pouvez fortement atténuer voire faire disparaitre les symptômes en changeant quelques habitudes :

- Privilégiez des repas plus légers et fractionnés, plutôt que deux-trois repas copieux par jour.

- Oubliez les repas trop gras et trop épicés, et préférez les légumes et les fruits.

- Évitez de manger dans les trois heures précédant le coucher. De plus, ne vous couchez pas directement après avoir mangé car la gravité aggravera la situation.

- Limitez votre consommation d’alcool, de sodas et de lait entier. La consommation excessive de café est également à bannir. Préférez l’eau.

- Le tabagisme est à proscrire.

- Ne vous retenez pas d’aller aux toilettes et évitez de pousser.

Sur le moment même, vous pouvez atténuer les symptômes en buvant du lait écrémé ou un thé à la menthe. Le chewing-gum peut également aider puisqu’il stimule la production de salive.

Les petits trucs suivants peuvent également vous soulager :

- Votre tête doit toujours être surélevée par rapport à votre estomac. La nuit, calez un coussin supplémentaire sous votre tête.

- Ne portez pas de vêtements serrés au niveau de l’estomac.

- Évitez de vous pencher. Si nécessaire, il vaut mieux fléchir les genoux.

Si ces conseils ne remédient pas au problème, il existe des médicaments adaptés.

- En cas d’acidité occasionnelle, vous pouvez prendre des anti acides, en vente libre. Ils sont à prendre une heure avant le repas et avant de vous coucher. Demandez toutefois conseil à votre pharmacien car ces médicaments peuvent influencer l’action d’autres traitements. Il est généralement conseillé de prendre les autres médicaments au moins deux heures avant l’anti acide.

- En cas d’acidité récurrente, vous pouvez discuter, avec votre médecin, d’un traitement à base d’anti-secrétoires. Le traitement ne devra cependant pas dépasser deux mois.

QUAND DOIS-JE CONSULTER ?

Si l’acidité gastrique est épisodique, il n’est pas nécessaire de s’affoler.

Par contre, si vos troubles perdurent au-delà de deux semaines, si vous rencontrez des problèmes de déglutition ou si vous perdez du poids sans raison, il est temps de consulter.

De plus, si vous ne remarquez aucune amélioration suite à la prise d’anti acides pendant une semaine, il est préférable de consulter votre médecin traitant. Il pourra alors vous prescrire un traitement anti-secrétoire ou vous rediriger vers un spécialiste.

C’EST DANGEREUX ?

Pas de panique : si le reflux ne survient qu’occasionnellement, il reste dans l’immense majorité des cas sans conséquence.

Attention cependant si les symptômes perdurent durant des années. En effet, l’acidité gastrique peut causer bien des dommages : l’irritation de la muqueuse de l’œsophage augmente le risque d’infection, voire de cancer œsophagien. De plus, l’œsophage peut rétrécir suite à la formation de tissu cicatriciel, ce qui rend plus difficile l’absorption d’aliments.

Pour résumer : en cas de reflux chronique, soignez-vous au plus vite.

Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Tout ce qu’il faut savoir sur la pilule

    C’est l’une des inventions phares du XXème siècle : la pilule. Elle permet de profiter d’une sexualité épanouie, sans se soucier d’une grossesse non désirée – tant que vous la prenez comme il faut, et que vous êtes consciente des effets secondaires possibles. Petit aperçu ci-dessous. 

    QUEL EST SON FONCTIONNEMENT ?

    La pilule contraceptive contient des hormones naturellement produites par votre organisme. Ces hormones envoient un message à vos ovaires pour bloquer le processus d’ovulation. L’ovulation n’a donc pas lieu. De plus, les spermatozoïdes ne passent plus à travers les muqueuses du col de l’utérus, et un ovule fécondé ne peut donc pas se nidifier dans l’utérus. La grossesse potentielle est donc empêchée, puisque lors d’un rapport sexuel, les spermatozoïdes ne peuvent pas féconder d’ovule.

    Il existe deux familles de pilule : les combinées, contenant des œstrogènes et de la progestérone, et la micro-pilule, qui ne contient que de la progestérone. Toutes deux sont monophasiques, ce qui veut dire que chaque pilule contient la même composition et le même dosage hormonal. Les micro-pilules ont un dosage moins fort que les pilules combinées, et sont plus adaptées a celles qui souffrent d’effets secondaires de la pilule combinée. A côté de cela, il existe de plus des pilules biphasiques ou triphasiques, qui imitent le cycle naturel et dont la composition hormonale varie selon les semaines. Les deux sont tout aussi fiables.

    COMMENT L'UTILISER ?

    La pilule contraceptive est distribuée dans un packaging plutôt pratique, des plaquettes indiquant les jours de la semaine, pour faciliter le suivi régulier. Chaque mois, vous aurez vos règles pendant la semaine d’arrêt (pilule, donc) ; mais vous pouvez également choisir de prendre la pilule en continu et de n’avoir une semaine d’arrêt qu’au terme de plusieurs plaquettes.

    La pilule se prend chaque jour. Vous pouvez prévoir une alarme sur votre téléphone pour la prendre chaque jour à la même heure. Vous avez oublié un comprimé ? Lisez attentivement la notice d’utilisation, ou contactez votre médecin. Inutile de paniquer : le risque de grossesse non-désirée n’est réel qu’au bout de deux oublis. Utilisez alors scrupuleusement des préservatifs.

    QUELS SONT LES EFFETS SECONDAIRES ?

    La prise de la pilule est liée à certains effets secondaires. Ceux-ci varient selon les personnes, et certaines y sont plus sensibles que d’autres. Ainsi, une femme souffrira plutôt de migraines, et une autre constatera un gonflement des seins. Certains effets secondaires sont plutôt bénéfiques : la pilule peut améliorer l’aspect de votre peau (disparition ou diminution d’acné), alléger votre flux et vos douleurs menstruelles. La pilule soulage également les symptômes du syndrome pré-menstruel, soit les changements d’humeur, l’hypersensibilité et l’irritabilité.

    Attention : la pilule n’offre aucune protection contre les maladies sexuellement transmissibles !

    LA PILULE EST-ELLE FIABLE ?

    Si vous la prenez comme il faut, la pilule est un moyen de contraception absolument fiable. En pratique, on constate malgré tout que chaque année, des femmes tombent enceintes alors qu’elles prenaient la pilule. A savoir :

    • En cas de vomissements dans les deux heures suivant la prise de la pilule, celle-ci perd son efficacité puisque rejetée par l’organisme. Prenez donc un nouveau comprimé.
    • Certains médicaments, dont ceux à base de millepertuis, peuvent diminuer l’efficacité de la pilule. Si le médecin souhaite vous prescrire un traitement, rappelez-lui toujours que vous prenez la pilule pour qu’il puisse en tenir compte.
    • La plupart des antibiotiques n’ont pas d’effet sur l’efficacité de la pilule, à l’exception de certains, notamment ceux utilisés en cas de tuberculose.
    • Vous avez oublié un ou plusieurs comprimés ? Lisez la notice pour en savoir plus, ou prenez contact avec votre médecin traitant ou gynécologue.

    Avantages et inconvénients, petit récapitulatif

    On vous liste ci-dessous les avantages et les inconvénients de la pilule contraceptive :

    Avantages

    • La pilule vous permet d’avoir un cycle très régulier.
    • Vous pouvez vous-même gérer votre cycle (sauter un cycle, décaler les règles).
    • Les saignements sous pilule sont moins douloureux et moins abondants.
    • En principe, vous pouvez tomber enceinte immédiatement après l’arrêt de la pilule.

    Inconvénients

    • Vous devez prendre la pilule chaque jour à la même heure : pas pratique en cas d’horaires irréguliers, ou si vous êtes étourdie.
    • La pilule ne peut pas être prise en cas d’allaitement.
    • La pilule n’est pas pratique si vous ne souhaitez pas que votre entourage/partenaire sache que vous prenez un moyen contraceptif, puisque les plaquettes sont faciles a reconnaitre.
    • Les premiers mois, vous pouvez souffrir d’effets secondaires souvent temporaires : nausées, céphalées, tension au niveau des seins, spotting, sautes d’humeur. Votre corps doit s’habituer aux changements hormonaux. Normalement, les effets secondaires disparaissent tout seuls, sinon, n’hésitez pas à en parler a votre médecin pour changer éventuellement de pilule.
    • La pilule ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles et ne remplace pas l’utilisation du préservatif. Faites toujours un test de dépistage avant d’arrêter l’utilisation du préservatif.
    • La pilule n’est pas adaptée si vous avez plus de 35 ans et que vous fumez. Le risque de thrombose, d’artériosclérose et de maladies cardio-vasculaires est accru.
    • La pilule est également contre-indiquée aux femmes de plus de 40 ans, fumeuses ou non.
    • Le risque de thrombose est également plus élevé en cas d’utilisation de pilules de troisième et quatrième génération.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€.

  • Ces 5 conseils vous aideront vraiment pour arrêter de ronfler

    Vous ronflez en dormant? Cela ne vous dérange peut-être pas. Mais nous osons parier que cela n’amuse pas du tout votre partenaire. Heureusement, il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire vous-même afin que vos ronflements fassent définitivement partie du passé.

    Tout d’abord, nous vous conseillons de parler de votre problème avec votre médecin traitant. Il peut, en effet, s’agir dans certains cas d’apnée du sommeil. Cela signifie que vous arrêtez de respirer dans votre sommeil, ce qui peut être dangereux. Dans un tel moment, votre gorge est en fait bloquée momentanément et vous n’inspirez plus d’air.

    En outre, les ronflements peuvent être néfastes à votre repos. N’hésitez donc pas à résoudre le problème de fond, surtout si vous vous sentez fatigué(e) en journée.

    Mais nous allions d’abord vous donner quelques conseils pratiques, n'est-ce pas ? Puisque les ronflements sont la conséquence d’un rétrécissement des voies respiratoires entre le nez et les cordes vocales, vous avez la possibilité d’y faire quelque chose.

    1er conseil : Dormez sur le côté

    Dormir sur le dos fera notamment en sorte que tant la langue que la luette vont reculer. Dans cette position, vous allez donc d’office vous mettre à ronfler. Et puisque dormir sur le ventre n’est pas la meilleure solution pour votre cou, nous vous conseillons de dormir sur le côté.

    2e conseil : Veillez à toujours dormir suffisamment

    Il n’y a pas que votre position qui importe. Aussi, la quantité de sommeil joue un rôle. L’épuisement est en effet lié aux ronflements. Vous allez vous coucher avec les poules et vous êtes malgré tout fatigué(e) au réveil ? Alors, vous vous trouvez dans un cercle vicieux. Raison de plus d’aller consulter votre médecin traitant !

    3e conseil : Changez votre style de vie

    Étudiez un instant votre style de vie au microscope et débarrassez-vous de tout ce qui vous rend malheureux. Perdez un peu de poids par exemple. Cela aura un effet bénéfique sur les parois de la gorge. En outre, votre visage et votre cou deviendront plus légers.

    Perdre un peu de poids pourra donc vous débarrasser de ces bruits nocturnes. Le sport est une excellente solution. En effet, votre masse musculaire va augmenter, mais les muscles de votre cou en seront tout autant renforcés.

    D’autres facteurs qui ont une influence :

    Trop manger : Ne mangez pas trop, surtout pas avant d’aller dormir. Cela ne fera qu’augmenter le risque de reflux, ce qui entraînera des ronflements.

    L’alcool : Évitez en outre de boire de l’alcool deux heures avant d’aller vous coucher. Cela détend les muscles. Aussi ceux de votre langue, de votre bouche et de votre gorge.

    Fumer : Et pour finir en beauté : arrêtez de fumer. La cigarette va irriter la gorge et celle-ci va enfler. En outre, votre nez va plus rapidement se boucher. Vous trouverez des conseils pour arrêter de fumer ici !

    4e conseil : Soignez vos allergies

    Cela peut paraître capillotracté, mais les allergies ont un lien avec les ronflements. C’est logique en fait, car elles provoquent un nez bouché. Si vous pensez donc être allergique, rendez-vous chez votre médecin et demandez-lui conseil.

    Au fait : c’est la même raison qui fait que vous ronflez quand vous êtes enrhumé. Utilisez dès lors un bon spray nasal afin de diminuer le vacarme. Un lavage de nez juste avant d’aller dormir peut également aider.

    5e conseil : Les solutions spéciales

    Les conseils ci-dessus ne vous ont pas du tout aidé ? Alors, il existe aujourd’hui quelques solutions pratiques pour vous aider à diminuer vos ronflements. Il existe par exemple des bandelettes nasales et des sprays pour la gorge qui aideront l’air à passer entre le nez et la gorge.

    Vous devriez aussi sérieusement considérer une orthèse dentaire. N’hésitez pas à demander de plus amples explications à notre service client ou votre médecin.

    Et puis surtout : ne touchez pas aux somnifères

    Tout comme les calmants, ceux-ci ne vous feront que ronfler encore plus fort. En effet, votre corps va se détendre avec de tels médicaments, ce qui vous aide à vous endormir. Mais cela signifie aussi que les muscles de votre gorge vont se détendre plus que d’habitude, avec toutes les conséquences que cela implique !

    Et pour finir : ne pensez pas que les conseils ci-dessus sont des solutions miracles. Il s’agit parfois d’une cause physique qui nécessite une aide médicale. Pensez par exemple à une luette trop longue, des polypes au nez ou une déviation de la cloison nasale.

    Inscrivez vous à notre newsletter hebdomadaire, et recevez un chèque cadeau d'une valeur de 5 € pour votre tout premier achat d’une valeur minimale de 50€

  • Les aliments riches en « graisses cachées »

    Une petite salade ici, un granola par là et un bol de fruits. Nous pensons manger sainement mais il y a beaucoup de calories cachées dans les produits alimentaires. Ce qui rend les choses très difficile pour perdre des kilos… Voilà donc une liste de quelques-uns de ces aliments riches en « graisses cachées »:

    Les petites salades :

    Lorsque l’on va au restaurant et que l’on commande un salade, nous pensons bien souvent que nous ingérons le moins de calories possible. Mais rien n’est moins sûr. Si votre petite salade saine contient des noix, du fromage de chèvre, des croutons, du lard, de la vinaigrette, etc. vous arrivez à une somme importante de calories. Comment le solutionner ? Assurez-vous que votre salade se compose au ¾ de légumes, optez pour un dressage allégé et demandez la vinaigrette à part. De cette façon, vous faites vous-même du « damage control ».

    Le café :

    Pas d’urgence, il n’y a pas de mal à boire son café le matin, le midi ou encore le soir. Il s’agit du sucre et du lait que vous rajouterez ou pas. Vous buvez souvent un latte macchiato ou un cappuccino ? Pas très bien, car ces préparations sont faites à partir de lait entier : beaucoup de calories. Donc si vous buvez du café, prenez-le noir ou faites vous-même un cappuccino avec du lait demi-écrémé.

    Les biscuits diététiques:

    L’encas idéal contient entre 100 et 200 calories. Mais de nombreux biscuits sains en contiennent bien plus. Beaucoup de biscuits Grany en ont plus, sur un paquet de biscuits Sultana, vous ne pourrez en mange que 2 ou 3. Vérifiez donc toujours d’abord le label des calories et essayez aussi d’éviter les biscuits avec du chocolat.

    L’avocat :

    Oui, les avocats sont de véritables bombes à vitamines mais ils contiennent aussi beaucoup de calories. Savez-vous qu’un avocat contient 322 calories ? Mangez-les donc avec modération ! Et attention au guacamole…

    Les fruits :

    Les fruits sont bons pour votre corps, mais trop n’est pas bon non plus. Essayez de vous limiter à 3 fruits par jour, sinon vous ingérez trop de sucres. Préférez d’ailleurs les pommes, les poires et les oranges… Car les bananes, les cerises, l’ananas… contiennent plus de calories ! N’oubliez pas non plus : attention au smoothie ! Au plus il y a de fruits dedans, au plus il y a de calories.

    Le granola :

    Le granola semble être le petit déjeuner idéal pour commencer sa journée car il contient de l’avoine, des fruits et des noix. Mais on y ajoute aussi du sucre et du miel et ce sont eux les vrais fabricants de graisses. L’avoine est bel et bien un choix sain. Vous pouvez les manger avec une portion de fruits ou optez pour un délicieux porridge chaud. Mmm !

    La soupe :

    La soupe fraiche plutôt que la soupe en brique, c’est notre motto ! Les soupes du supermarché contiennent en fait bien moins de vitamines car ils ajoutent tout un tas de (mauvais) produits alimentaires. Faites donc vous-même votre soupe avec des légumes, de l’eau et du bouillon pauvre en graisse. Les boulettes et la crème, mieux vaut les laisser de côté !

    Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter hebdomadaire et recevez un chèque cadeau d’un valeur de 5€ à l’achat de 50€ !

  • Prévenir la fatigue des yeux

    Des paupières lourdes, des yeux larmoyants ou au contraire très secs, une vue troublée ou même un mal de tête : vous avez certainement déjà souffert de fatigue des yeux. Quelle est l'origine de cette fatigue, et surtout, que faire pour y remédier ?

    Des écrans, encore des écrans

    Smartphone, ordinateur, télévision, tablette : de nos jours, on passe d'écran en écran, au travail et à la maison. Pour le plus grand malheur de vos yeux ! En effet, ils sont alors stimulés en permanence, ce qui les fatigue tôt ou tard.

    ASTUCE : Si vous sentez que vous avez du mal à vous concentrer, et que vos yeux se fatiguent, éteignez votre ordinateur et mettez de côté votre tablette, et faites une petite balade. Ainsi, vous vous aérez l'esprit et vos yeux s'exposent à la lumière extérieure.

    Une lumière artificielle

    Lorsqu'on travaille en intérieur, on est généralement exposé à la lumière artificielle, surtout lorsque les jours sont courts et lugubres. Nos yeux manquent alors de certaines vitamines, apportées en temps normal par les rayons du soleil. S'adapter à l'extérieur leur demande donc un effort supplémentaire.

    ASTUCE : La lumière et la luminosité sont importants lorsque vous travaillez. Pour éclairer leur écran, les droitiers doivent préférer une source de lumière provenant depuis par-dessus l'épaule gauche, et l'inverse pour les gauchers. Ainsi, les yeux n'ont pas à gérer les différentes ombres, et se fatiguent donc moins.

    Un manque de sommeil

    Avoir un bon sommeil réparateur est crucial pour que l'organisme se repose après une journée fatigante. Si vous manquez de sommeil, vous risquez d'en ressentir les conséquences au niveau de votre dos, vos jambes et votre tête. Vos yeux ne sont pas épargnés : ils deviennent lourds, voire douloureux.

    ASTUCE : Dormez huit heures par jour, pour mettre votre organisme et vos yeux au repos, et pour être en forme au réveil.